PIÈCE DE THÉÂTRE: A SAPTEA KAFANA (LE SEPTIÈME KAFANA)

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) Berne en collaboration avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a organisé du 25 au 29 février 2008 quatre représentations de la pièce « Asaptea Kafana – le septième Kafana » à Zurich, Berne, Genève et Chiasso.

Cette pièce, basée sur le témoignage de femmes victimes de la traite d’êtres humains qui ont été exploitées sexuellement, a été élaborée en Moldavie afin de sensibiliser la population aux risques et aux conséquences de la traite d’êtres humains. La première a eu lieu à Chisinau en 2001 et a été suivie par une tournée nationale. Entre temps le spectacle a également été joué dans plusieurs pays notamment en Ukraine, Biélorussie, et Russie ainsi qu’en Europe.

Cette pièce touchante révèle les sentiments et les émotions de six femmes du moment où elles ont pris la décision de quitter leur pays, s’étant vues promettre des places de travail à l’étranger, jusqu’à leur retour dans leur pays d’origine. L’espoir d’un meilleur futur était grand. «J’étais d’accord, parce que je ne m’attendais pas à ça. Je n’ai pas pensé une minute qu’elle pouvait me faire une chose pareille. On est parti, et j’étais tellement heureuse.» Le cauchemar commence dès le moment où elles se retrouvent entre les mains de personnes sans scrupules qui n’ont qu’un seul but : les exploiter pour gagner de l’argent. «J’ai tout vu dans ma vie, j’ai été vendue 18 fois.». Quand elles arrivent enfin à s’extirper de cette situation coercitive et rentrer chez elles, elles doivent se confronter à la réaction de leur famille et de leurs amis tout en devant faire face à leur passé.

La tournée suisse du centre d’art „Coliseum“ de Moldavie a permis au public d’êtres confronté à la perception des victimes, de leurs sentiments d’espoir et de désespoir. Cette production a également encouragé le dialogue entre les pays d’origine et de destination à travers une meilleure compréhension mutuelle.

Des tables rondes ont suivi les représentations et ont réuni des experts dans le domaine de la lutte contre la traite d’êtres humains. Le metteur en scène Mihai Fusu ainsi que des experts dans ce domaine étaient présents pour répondre aux questions du public.

Texte français «Le Septième Kafana» publié aux Editions l’Espace d’un Instant, maison d’Europe et d’Orient, Paris 9/2004.

«C’est elle, Angela, ma meilleure amie qui m’a vendue.» 

Sept comédiens professionnels jouent dans ce spectacle, les témoignages authentiques de femmes qui ont raconté leurs histoires.

L’une parle d’Angela, sa meilleure amie qui l’a vendue, l’autre, comment des passeurs lui ont fait traverser le Danube de nuit dans une barque percée. Une femme enceinte recevait des coups de pied dans le ventre jusqu’à ce qu’elle perde le bébé qui a été donné aux chiens. Un maire a vendu seize jeunes filles de son village pour payer des vacances à sa propre fille. Heureusement, l’humour ou quelques moments de bonheur tout simples, ont parfois aidé ces femmes à supporter les horreurs qu’elles ont vécues.



De retour en Moldavie, une autre souffrance les attendait, l’angoisse d’affronter le regard de l’autre, l’impossibilité de dire la douleur de leurs blessures ou de répondre à la question lancinante des autorités: Tu restes ici ou tu repars ? 



Danny Rossel, comédienne, traductrice du texte français